Accompagnement végétal des constructions HQE Utilisation des arbres et arbustes locaux pour la création d’aménagements végétaux intégrant les préoccupations environnementales

Bruno CAILLARD

Cet article est extrait de la plaquette "Accompagnement végéral des constructions HQE", propriété de l’association APA.

Les photos et dessins présents dans cet article sont sous copyright APA.


La démarche HQE :

  • maitriser les impacts d’une opération de construction ou de réhabilitation sur l’environnement,
  • Créer un environnement intérieur sain et confortable.

    Confort hygrométrique et limitation des dépenses en énergie

    Les végétaux constituent un excellent moyen passif pour assurer le confort climatique des habitations et limiter l’utilisation des systèmes complémentaires de chauffage et de climatisation.

  • protection solaire : ombrage des façades et du sol, protection thermique par les plantes grimpantes.
  • Augmentation de l’humidité de l’air par évapotranspiration.
  • Amélioration de la qualité de l’air : fixation de CO², rejet d’O² et capture des particules en suspension dans l’air.
  • Protection contre le vent.

Protection de la ressource en eau

  • Epuration de l’eau : les végétaux constituent une structure de filtration des substances polluantes.
  • Rétention des eaux pluviales.
  • Diminution de la surcharge des réseaux et fossés en particules issues de l’érosion.

Intégration paysagère des constructions

Les arbres et arbustes d’espèces locales créent une liaison douce entre les espaces ruraux et les espaces urbains

  • Continuité visuelle avec l’environnement
  • Préservation de l’identité locale
  • Préservation du patrimoine naturel,
  • Identification à un territoire spécifique,
  • Frein à la banalisation des paysages.
  • Amélioration du cadre de vie
  • Grande variété de forme, de couleurs et de textures,
  • Création d’aménagements à forte qualité esthétique.

Conditions favorables à la biodiversité

Les arbres et arbustes locaux sont des lieux de vie pour la faune et la flore.

  • Attrait pour la faune locale
  • lieu de protection, de reproduction et d’alimentation,
  • Corridors biologiques : zones de circulation des populations animales entre différents habitats naturels.
  • Refuge pour la flore
  • Création de conditions favorables à l’implantation de la flore sauvage au pied des haies.
  • Maintien d’un équilibre écologique
  • Limitation du développement des espèces végétales et animales indésirables.

Gestion écologique

Les arbres et arbustes d’espèces locales, rustiques et adaptés au sol et au climat de la région, sont économes en eau, en énergie et en intrants.

  • Réduction de la consommation d’eau
  • Arrosage indispensable seulement à la plantation,
  • Résistance à la sécheresse,
  • Conservation de l’humidité par le paillage.
  • Réduction des coûts
  • Faible coûr en énergie et en eau de la production en pépinière,
  • Faible coût d’achat des jeunes plants,
  • Pas d’entretien : pas de nécessité de tailler.
  • Réduction des apports d’intrant
  • Pas d’apport d’engrais,
  • Pas de traitements phytosanitaires.

Conseils techniques

Haie de 1 an
Haie de 2 ans
Haie de 10 ans



  • L’utilisation d’arbres à feuilles caduques assurera une bonne protection solaire estivale et une optimisation des apports solaires d’hiver.
  • Une haie constituée d’arbres et d’arbustes feuillus freine le vent sans créer de turbulences : protection du bâti et ventilation douce sont assurées.
  • un effet naturel est assuré par l’utilisation d’un petit nombre d’espèces différentes et une certaine irrégularité dans la séquence de plantation.
  • Il est important de ménager des percées visuelles sur les éléments intéressants du paysage. L’espace en sera agrandi et le confort visuel amélioré.
  • Le paillage biodégradable accélère la croissance des jeunes plants : il limite la concurrence herbacée les premières années et assure le maintien de l’humidité et de la température du sol. Contrairement au paillage plastique, il préserve la vie et la richesse du sol.
  • L’espèce doit être choisie en fonction de l’espace disponible. Son développement ne nécessitera alors ni taille ni élagage.
  • La plantation de jeunes plants, de 1 ou 2 ans, assure un meilleur développement racinaire et une croissance rapide.
  • L’époque de plantation, entre fin novembre et fin février, est importante à respecter afin d’obtenir une bonne reprise des arbres et arbustes.
  • Le choix final des espèces à planter dépendra des objectifs de qualité environnementale fixés, combinés aux conditions climatiques et pédagogiques de la parcelle.

Palette végétale locale au Sud-Ouest

Alisier torminal
Bourdaine
Chèvrefeuille des bois


Cornouiller sanguin
Erable champêtre
Eglantier


Nerprun
Poirier commun
Poirier commun


Viorne lantane


Arbres et Paysages d’Autan (APA)

Pour en savoir plus sur les espèces locales et leur technique de plantation :
L’APA est une association Loi 1901 créée par des agriculteurs en 1995, agréée association de protection de l’environnement par la préfecture. Son objectif est de promouvoir le rôle de l’arbre dans la sauvegarde et la restauration du paysage rural pour le mieux vivre de tous.

Ses missions sont la sensibilisation, l’information, la formation sur l’arbre et le paysage ainsi que l’accompagnement technique des plantations.

Coffret Pays’arbre :
Fiche de description de 45 espèces d’arbres et d’arbustes locaux et livret technique sur la plantation et le paysage.

Le coffret est en vente au siège de l’association à l’adresse indiquée ci-dessous.

Réalisation : Arbre et Paysage d’Autan.
Financements : Conseil régional, Europe.

APA
Moulin de Ticaille
31450 Ayguesvives
Tél/fax : 05 34 66 42 13
Email : apa31 free.fr