L’autoconstruction en France

Ratia était étudiant en Architecture en 2008. Il nous offre son mémoire sur l’autoconstruction en France. Une étude historique et sociologique fort instructive où l’on apprend l’impact d’Internet sur l’autoconstruction.

Mais laissons Ratia se présenter :

« Donc je m’appelle Ratia [rati] Rabemananoro, je suis né à Antananarivo (Madagascar) le 02 avril 1983. Après le baccalauréat en 2001, je m’inscris à l’Ecole des Métiers et des Arts Plastiques, un institut local où l’on enseigne l’architecture d’une façon assez rudimentaire (2 ans de formation seulement). Je décide donc en 2003 de m’inscrire dans une "vraie école d’architecture" à Paris. J’ai choisi l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-la-Villette dans le 19ième, qui me semblait être une école très cosmopolite et ouverte.
Aujourd’hui étudiant en Master 2 (5e année), j’ai ecrit un mémoire dans le cadre de la validation de mes études, sur l’autoconstruction en France. Pourquoi l’autoconstruction ? et pourquoi la France ? Dans mon pays, l’autoconstruction est une pratique naturelle et instinctive pour construire son habitat. Je m’interrogeais sur la forme que cette pratique pouvait prendre dans un pays occidental, où l’architecture de l’informelle est marginalisée.
 »

Confrontation  entre  l’opération  des  Castors  d’Ablon-sur-Seine (1951-1957)  et  celle  des  Castors de Villeneuve-le-Roi (1954-1957)

Confrontation entre l’opération des Castors d’Ablon-sur-Seine (1951-1957) et celle des Castors de Villeneuve-le-Roi (1954-1957)