Confrontation entre l’opération des Castors d’Ablon-sur-Seine (1951-1957) et celle des Castors de Villeneuve-le-Roi (1954-1957)

Dans cette seconde partie, je tenterai de montrer, en illustrant mes propos par l’analyse de l’opération d’Ablon-sur-Seine, comment le mouvement associatif d’autoconstruction telle qu’il a été défini à l’époque, relevait de l’utopie : Travail laborieux, intégration difficile des familles Castors issues du milieu populaire au sein d’un quartier assez bourgeois… Comment l’autoconstruction a-t-elle induit une fraternité entre les familles Castors. Cet exemple sera confronter avec celui des Castor P.T.T. de Villeneuve-Le-Roi d’une plus grande ampleur à Villeneuve-le-Roi.

  • Les Castors de Villeneuve-le-Roi : une opération d’une plus grande envergure

    , par Ratia

    Les Castors de Villeneuve-le-Roi sont nées de l’initiative de deux employés des P.T.T. : Combs et Ambaud. Le premier avait déjà une expérience dans l’auto construction car il a réalisé lui-même sa maison à Juvisy. Le second décide de s’inspirer de l’expérience de son collègue en l’imaginant à plus grande échelle. Toujours dans ce contexte d’après-guerre et à cause de la pénurie de logements, Ambaud réunis une vingtaine d’agents des P.T.T., chefs de famille, mal logés pour former en février 1954, le noyau d’un grand groupe d’auto constructeur. Ces vingt hommes résolus gagnent à leur enthousiasme, soixante-dix adhérents en plus et le 12 mai 1954, grâce à l’appui de Président du Comité « Servir », ils seront 90 à constituer la Société d’autoconstruction du Sud Parisien ou appelée plus communément les Castors P.T.T. de Villeneuve-le-Roi.